Discours et déclarations du Présidents

Convention-Cadre de partenariat pour le financement de la formation et du renforcement des capacités de la police municipale de côte d’ivoire, entre l’UVICOCI, le FDFP et l’ASP-CI

Allocution du Président de l’UVICOCI

- Monsieur le Président du Comité de Gestion du Fonds de
   Développement de la Formation Professionnelle (FDFP),

- Mesdames et Messieurs les Maires membres du Bureau de
   l’Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI),

- Monsieur le Président de l’Académie de la Sécurité
   Professionnelle de Côte d’Ivoire (ASP-CI),

- Mesdames et Messieurs les Directeurs et
   Responsables du
   FDFP et de l’UVICOCI,

- Honorables invités,

Il est de plus en plus admis que le développement de nos états se fera plus harmonieusement et durablement s’il repose sur la base. D’où la décentralisation qui engendre la création de collectivités territoriales.

Les communes, avec à leurs têtes les maires, ont ainsi une mission de développement local, d’instauration et de préservation d’un bon ordre dans les cités.

Le Maire, en vertu de ses pouvoirs de police, est responsable dans sa commune de la sureté, de la tranquillité, de la sécurité et de la salubrité. Il est chargé de l’exécution d’actes et directives de l’autorité centrale dans sa commune.

Mesdames et Messieurs, pour l’accomplissement efficace de ces missions dans l’intérêt de tous les citoyens communaux, l’action du maire repose sur une équipe outillée, dévouée et compétente.

Cette équipe est composée aussi bien des citoyens, bénéficiaires directs de l’action publique, que des élus locaux en qui la population locale a placé sa confiance à travers les élections.

Cette équipe est aussi et surtout constituée de ressources humaines, c’est-à-dire du personnel communal composé de femmes et d’hommes qui ont été engagés, recrutés en raison de leurs présumés savoir, savoir-faire et savoir-être.

Ainsi, dans le cadre de l’exercice de ses pouvoirs de police, le maire dispose de la police municipale constituée de policiers municipaux. Ces agents municipaux sont chargés de veiller au respect des règles édictées par l’autorité municipale.

La réforme du secteur de la sécurité initiée par le Gouvernement et conduite par le Conseil National de la Sécurité (CNS), a mis en relief la nécessité de professionnaliser et de valorise la police municipale pour en faire un corps civil de sécurité, un outil efficace de la mise en œuvre des pouvoirs de police des maires au service des populations.

Cette volonté affichée des pouvoirs publics s’est traduite par la signature d’une convention cadre entre le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité (MEMIS) et l’Académie de la Sécurité Professionnelle de Côte d’Ivoire (ASP-CI), en partenariat avec la Cité Collégiale d’Ottawa Canada, pour la mise en place d’une Ecole Nationale de Police Municipale.

Dans l’attente de la création effective de cette école qui aura pour mission la formation initiale et continue des agents de la police municipale, nous pensons que le FDFP, l’ASP-CI et l’UVICOCI peuvent conjuguer leurs efforts pour assurer aux agents de la police municipale actuellement en fonction, un minimum de formation indispensable à l’accomplissement de leur fonction.

Ce partenariat qui permettrait d’apprendre le métier de policier municipal et de rendre nos polices municipales plus dynamiques, devrait être élargi à l’ensemble des agents des 197 communes de Côte d’Ivoire.

En effet, la convention que l’UVICOCI scelle aujourd’hui avec le FDFP, au regard des résultats de sa mise en œuvre, nous donnera des arguments pour sensibiliser les maires afin de cotiser régulièrement au FDFP en vue de la formation de leur personnel, étant entendu que la faiblesse actuelle des cotisations des communes est essentiellement due à un manque d’information.

Je voudrais, à ce stade de mon propos, vous exprimer, Monsieur le Président du Comité de Gestion du FDFP, ma gratitude pour avoir fait confiance à l’UVICOCI à qui vous avez fait l’honneur de l’accompagner dans sa mission de défense de l’intérêt des communes.

N’est-ce pas dans cette logique que nous avons mené ensemble du 03 au 14 novembre 2014, à l’initiative de Monsieur SECONGO Clotcho, Président de l’ASP-CI, une mission tripartite au Canada en vue de nous imprégner avant même la signature du présent partenariat, du modèle de sécurité urbaine de ce Pays, axée sur la police municipale.

Cette visite nous a-t-elle aussi permis de jauger le niveau d’engagement des partenaires canadiens auprès de l’ASP-CI en vue de la réalisation de son ambitieux projet de construction de l’Ecole de Police Municipale en Côte d’Ivoire et de la réforme de ce secteur.

Mesdames et Messieurs, chers amis de la presse, vous êtes les témoins de la signature de la convention-cadre de partenariat pour le financement et le renforcement des capacités de la police municipale de Côte d’Ivoire. Merci de votre présence distinguée.

Je voudrais aussi et surtout vous engager à être des ambassadeurs de la défense des clauses de cet accord dans l’intérêt de notre cher Pays la Côte d’Ivoire dont l’émergence devra reposer sur des communes mieux gérées et des élus locaux de plus en plus soucieux de la satisfaction des besoins de leurs concitoyens.

Je vous remercie pour votre attention.